MxBG "Gien", octobre 2018

Un film d’Émilie Girault sur une musique MxBG. La chanson"Gien" est issue de son ep TRAINS.

Conception, réalisation, montage : Émilie Girault.
Avec : Arnaud Prechac.
Maquillage et coiffure : Virginie Delin.
Caméra : Alberto Ricci et Emilie Girault.
Compositing et étalonnage : Baptiste Leroy.


Distinction :
- Récompensé du prix du MEILLEUR CLIP dans le cadre du Festival International du Film CHHATRAPATI SHIVAJI, Inde.

Diffusion :
- CATHARSIS International Film and Video Festival. Du 07 au 16 décembre 2018: Moscow, St. Petersburg, Ekaterinburg, Penza, Vladimir, Novosibirsk, Pskov, Vladivostok, Kirov, Yoshkar-Ola..., Russie. Sélection Officielle.
- CHHATRAPATI SHIVAJI International Film Festival. Les 29 et 30 décembre 2018: National Film Archive of India, Pune, Maharashtra, Inde. Sélection Officielle.

_______


Un homme à la vie impeccablement réglée... mais soudain, tel un grain de sable dans le mécanisme, surgit l'angoisse, cette angoisse remplie de questionnements existentiels. La réalité de notre "Monsieur parfait" se transforme alors sous la pression d'une lutte intérieure toujours plus intense. Un changement est inéluctable... mais lequel?

Influencé par l'esthétique de Henri-Georges Clouzot, le désormais célèbre "burn out" est ici abordé de manière psychédélique et symbolique, entre rêve et réalité, fantasmes et réelles douleurs.

Deux histoires se jouent en parallèle, et finiront par s'entremêler: 1/ le réveil & départ au travail du personnage principal, dans un quotidien très codifiée, organisé à la minute; 2/ le réveil de son inconscient, qui cherchera alors par tous les moyens à faire réagir, à agir dans le réel.
Les plans techniquement "parfaits" sont soudain bousculés par des images à l'esthétique beaucoup plus "grunge", reflets des multiples chamboulements intérieurs subis par notre protagoniste. Le corps du comédien devient symbole de cette lutte : il se tend et se déforme à mesure que le mal progresse, jusqu'à l'ultime délivrance.

_______


A man in a perfectly ordered life... but all of a sudden, as a grain of sand in the gear, arises the anguish, an anguish full of self and existential questionings. The reality of our "Mister Perfect" will slowly mutate under the pressure of an ever more intensive internal struggle. A change is inexorable... but which one?

Influenced by the aesthetic of Henri-Georges Clouzot, the now well-known "burn out" is here approached in a psychedelic and symbolic way, between dream and reality, fantasizes and real pains.

Two stories take place simultaneously, and will end up intertwining : 1/ the wake-up of a man leaving to work, in a well-coded daily life where everything is perfectly organized; 2/ the wake-up of his subconscious who will seek to act by any means, to have an impact on the reality.
The technically "perfect" shots are suddenly troubled by "grunge" images, as a reflect of the many disruptions suffered by the protagonist. The body of the actor becomes the symbol of this fight : it stretches and twists as the suffering increases, until the final deliverance.



retour
chargement...